Beta

Mes petits trucs pour réussir sa garde-partagée

MES PETITS TRUCS POUR RÉUSSIR SA GARDE PARTAGÉE

Trouver un mode de garde pour la (les) prunelle(s) de ses yeux, on le sait tous, c’est un véritable parcours du combattant. Et outre les considérations matérielles de places disponibles, de budget, etc. il faut en plus rajouter nos aspirations personnelles. Alors que certains parents ne jurent que par une nounou ou une assistante maternelle, d’autres ne peuvent imaginer laisser leurs enfants à la charge d’une seule personne et préfèreront la collectivité.

Dans notre cas, j’ai toujours eu une préférence pour la garde partagée qui me parait un bon compromis entre cocooning et sociabilisation (une nounou pour plusieurs familles et les enfants gardés au domicile de l’une d’entre elles ou des deux en alternance), tout en souhaitant que ma fille ait au moins une journée en collectivité par semaine – pas compliquée la fille déjà … ! Et par chance, c’est la solution que nous avons aujourd’hui et qui nous convient très bien.

Seulement voilà, ça n’a pas toujours été aussi rose … Sans forcément rentrer dans les détails car ce serait un peu long, je peux juste vous dire que notre première expérience de garde partagée fut un calvaire. Non pas avec la nounou mais avec l’autre famille : des gens bien sous tout rapport avec qui nous avions des accords qui semblaient tenir, et qui se sont finalement révélés malhonnêtes, irrespectueux et j’en passe. Pour autant, nous restions persuadés que c’était le système de garde que nous souhaitions avoir -et on a bien fait de persévérer !

 

Cette semaine donc, j’aimerais partager avec vous mes petits conseils pour que tout se passe au mieux. Grâce à eux, nous avons aujourd’hui trouvé nos perles 🙂 Ils sont bien sûr personnels ! Certains vous paraitront peut-être tirés par les cheveux ou un peu paranoïaques, mais comme 2 parents avertis en valent 4, je vous les partage quand même 🙂

***

**Le recrutement de la nounou**

***

  1. Le bouche-à-oreille, la meilleure des garanties

Il existe à présent de nombreux sites ou groupes sur les réseaux sociaux qui permettent de trouver des nounous. Si vous avez confiance dans les réseaux que vous sollicitez, allez-y ! Sinon, la meilleure solution reste encore de faire marcher le bouche-à-oreille ; dans les crèches de votre quartier, à la PMI, auprès de vos amis ou connaissances, à travers un statut Facebook … faites savoir que vous cherchez, vous ne devriez pas tarder à recevoir quelques contacts !

 

  1. Choisissez une famille ayant déjà une nounou … mais attention quand même !

Choisir une famille qui a déjà une nounou depuis plusieurs années, c’est la garantie que celle-ci s’occupe bien des enfants, est appréciée et sérieuse (sauf si vous tombez sur des parents sado-maso, mais là je ne réponds plus de rien … !).

Le seul bémol est qu’il faut bien s’assurer qu’il n’y ait pas de « favoritisme ». Cela peut vous sembler idiot ou bassement calculateur, mais je vous promets que ça existe. Assurez-vous bien que la nounou considèrera de la même manière votre enfant que ceux qu’elle garde depuis quelques temps … sans tomber dans la parano non plus bien sûr !!

 

  1. Sinon, choisissez une nounou avec plusieurs références

Que ce soit en garde simple ou en garde partagée, les références de la nounou sont primordiales. Comprenez, ses anciens employeurs. Je sais, cela fait le même effet que lorsqu’on ne veut pas embaucher un stagiaire parce qu’il n’a pas d’expérience, c’est un peu injuste car il faut bien commencer quelque part … mais en matière de garde d’enfants, on n’a souvent pas très envie de prendre le risque. Et un petit coup de fil aux anciens employeurs rassure souvent plus que tous les discours ou articles que vous pourrez lire.

 

  1. Priorisez vos critères

Ce sera la même chose pour le choix de l’autre famille. Vous ne pourrez pas tout avoir. Sachez hiérarchiser vos critères : horaires flexibles, proximité du domicile, priorité à l’éveil de l’enfant, à la bienveillance, aux sorties culturelles, à la diversité culinaire … que sais-je ! Mais sachez lâcher sur ce qui vous coûte le moins et mettre un point d’honneur à ce que vous ne pouvez abandonner, cela évitera de trop grandes frustrations et rancoeurs plus tard. Pour vous donner un exemple, nous avions priorisé la proximité géographique en premier lieu pour finalement tomber sur des gens infernaux ; la deuxième fois nous nous sommes un petit peu éloignés et avons trouvé la crème de la crème … Résultat, mon premier critère aujourd’hui n’est pas la proximité géographique mais bien l’entente et la tranquillité d’esprit !

 

  1. Discutez de vos priorités en matière d’éducation

Là encore, ce sera pareil pour le choix de l’autre famille. Il faut absolument être sur la même longueur d’ondes sur les méthodes éducatives et mettre les pieds dans le plat dès le début sur ce que vous exigez ou ce qui est impossible pour vous. Que vous n’ayez pas la surprise de trouver un jour votre enfant au coin si cela vous ulcère, ou les poches remplies de bonbons s’ils sont interdits chez vous. Et on lâche sur les petites choses qui nous paraissent moins importantes surtout … 🙂

***

**Le recrutement de la famille**

***

  1. On évite les copains

Ça c’est entièrement personnel, mais je suis d’avis de ne pas mélanger amitié et garde d’enfants. Comme dans toute association, on ne sait jamais ce qui peut arriver et il serait dommage de gâcher une relation parce qu’on n’est pas d’accord sur les horaires de fin de journée ou sur une méthode éducative. Ce qui ne veut pas dire que les co-parents ne peuvent pas devenir au fur et à mesure des amis ! (AP, si tu passes par là …!)

 

  1. Allez faire un tour sur co-famille

Ahhh si seulement ce service avait existé lorsque je cherchais une co-famille, cela nous aurait évité bien des déboires …! Voilà un site extrêmement bien fait, où vous pouvez trouver gratuitement une famille en quelques clics. Plusieurs critères sont à votre disposition, et je trouve particulièrement maligne l’idée de catégoriser d’emblée votre recherche entre « famille décontractée, à la cool », « famille classique », « famille bobo » et « famille BCBG ». Bon, même si les frontières sont un peu floues, cela pose au moins le départ et évite les déconvenues lors des premiers rdv.

Ensuite, elles sont classées par zone géographique -uniquement en région Ile-de-France pour le moment. En plus de nous aider dans notre recherche, cela permet donc de créer du lien social dans nos quartiers, ce qui est toujours appréciable dans nos vies à 100 à l’heure !

Vous trouverez également sur ce site des groupes de discussions, un blog, et même la possibilité de partager les profs particuliers ou les baby-sitters de vos enfants. En somme, une vraie belle idée de partage de services vraiment vraiment utile.

Allez y jeter un oeil (et plus si affinités 🙂 ), c’est par ici : http://cofamille.com/

 

  1. Faites attention aux parents « toujours d’accord avec vous »

Pour la première garde partagée que l’on a faite –la désastreuse-, j’aurais du me douter que les autres parents acceptaient un peu trop rapidement toutes mes contraintes ; la garde devait être intégralement chez eux car je travaille de chez moi, ma fille allait une demi-journée par semaine à la halte-garderie et la nounou devait donc l’emmener, ce genre de petites choses … Tout était OK pour eux, sans réserve, même quand j’insistais ou quand je soulignais quelques difficultés possibles. Méfiance donc quand il n’y a pas de discussions sur certains points, cela peut être louche ! (enfin, je vous rassure, dans notre cas ils avaient trouvé la parade, il leur suffirait de faire signer un contrat différent du nôtre à la nounou sans nous en avertir … leur seul but était de trouver une famille rapidement pour partager les frais de garde, pour le reste il leur suffirait d’être malhonnêtes. Mais j’y reviens plus loin)

 

  1. Discutez de vos priorités en matière d’éducation (Cf plus haut)

***

**La signature du contrat**

***

C’est sur ce point-là que j’attire particulièrement votre attention. Car toutes les considérations humaines entre les parties sont de l’ordre du ressenti plus qu’autre chose, et ne vous concernent finalement que vous. En revanche pour les choses juridiques ou administratives, là c’est objectif et immuable et il vous faut respecter ces petites consignes pour être tranquilles.

 

  1. Mettez-vous bien d’accord sur les modalités pratiques et vérifiez que vous signez bien le même contrat (les trois parties doivent être présentes)

Vous allez à priori rencontrer d’abord la famille, puis la nounou, individuellement. Puis viendra l’heure de la conclusion du contrat. Sachez que vous signez un contrat avec la nounou mais PAS AVEC LA FAMILLE. Chaque famille signe avec la nounou son propre …

Mon conseil cependant, c’est de les signer tous ensemble. De manière à vérifier les informations que l’autre famille a écrit sur son propre contrat, et de rediscuter ensemble le cas échéant. C’est l’erreur que nous avons faite la première fois ; notre nounou a signé le contrat que nous avions avec elle, nous n’avons pas vérifié celui de l’autre famille (évidemment, c’était un peu étrange de le faire …), et au final ils ont arrangé les choses à leur sauce sur le leur en toute connaissance de cause et alors que nous nous étions mis d’accord par oral –horaires, déplacements, etc. S’en rendre compte après-coup a été extrêmement désagréable, et nous n’avions pas de recours pour nous défendre.

Donc, vous prenez l’apéro avec l’autre famille et la nounou, vous relisez tout, vous signez chacun vos contrats, et le tour est joué !

 

  1. Établissez dès le départ des règles de communication

Comme dans toute relation humaine, il faut privilégier une bonne communication. En fonction de vos facilités et tempéraments, vous pouvez tomber sur des gens très communicatifs, d’autres beaucoup plus taiseux … l’important c’est juste d’en discuter en amont et d’établir certaines règles, du genre « si quelque chose ne va pas je t’en parle et n’attends pas trois semaines d’être bien énervée » ou « telle et telle choses sont vraiment importantes pour moi et j’aurais du mal à le garder pour moi si ça pêche, donc je t’en parlerai tout de suite. » De toute façon en règle générale, ne vous privez jamais de dire ce que vous ressentez. On parle de votre/vos enfant(s) et de tranquillité pour tout le monde !

 

  1. Ne baissez pas les bras, gardez espoir !

Que vous ayez eu une mauvaise expérience ou que vous peiniez à trouver votre co-famille et votre nounou, si vous souhaitez conserver ce mode de garde, surtout ne baissez pas les bras ! Je suis la preuve vivante qu’on finit par trouver la crème de la crème ; la nounou incroyable qui sait à la fois être bienveillante, extrêmement douce, attentionnée, tout en se faisant obéir, qui va jouer dans le bac à sable avec les enfants, qui n’oublie jamais la crème solaire, qui vous envoie des photos de vos enfants pendant la journée et qui leur fait même aimer les épinards 🙂 ; et les autres parents qui, au bout de 2 mois, deviennent des copains, puis des amis, avec lesquels on se sert les coudes, on se rend service, et qu’on n’a tellement pas envie de quitter qu’on refait des enfants pour rester avec eux (attention, ceci est une BLAGUE !).

 

Elle donne envie cette garde partagée, n’est-ce pas ? Je suis sûre qu’elle est tout près de vous … alors bon courage dans vos recherches !

 

Découvrez l’article sur cesyeuxbleus.com

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2018 Cofamille - Tous droits réservés

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account